L’assurance entre dans l’ère digitale

Le doute n’est plus permis. La révolution digitale est belle et bien à l’œuvre dans le secteur de l‘assurance. Avec une croissance qui ralentit et une rentabilité limitée dans les marchés matures de l’assurance, le digital s’impose désormais comme le principal levier de développement du secteur dans les années à venir. Les acteurs mondiaux de l’assurance en ont pris la mesure, prêts à consentir des investissements colossaux dans le digital.

Pour le continent africain qui reste  marqué par un très faible taux de pénétration de l’assurance, la technologie digitale représente une véritable opportunité pour accélérer le développement du marché et les acteurs marocains en ont bien pris conscience. 

En Afrique de l’Ouest, le taux d’équipement en téléphonie mobile avoisine les 70%. D’ici à 2020, ce taux  atteindra 100%, selon les projections établies par les opérateurs. Dans certains pays du continent, la distribution à travers la téléphonie mobile est une réalité y compris pour quelques produits d’assurances basiques.

L’enjeu pour les assureurs est de taille. L’utilisation croissante d’internet, du mobile et des réseaux sociaux donne plus de pouvoir au consommateur et favorise l’émergence d’une clientèle exigeante et avertie. Le processus d’achat n’est plus linéaire. A terme, les nouvelles technologies vont permettre l’émergence de nouveaux canaux de distribution, attiser la concurrence et favoriser la volatilité du portefeuille. La différenciation se jouera par le prix, mais aussi par la marque, la réputation et la qualité du service.

Conscients de ces évolutions, la transformation digitale est désormais au cœur des stratégies des assureurs. Pour répondre à des consommateurs hyper-connectés et ultra-mobiles, la profession est contrainte de revisiter son business modèle et de repenser sa relation client. Les réseaux  traditionnels de distribution sont forcés d’évoluer de façon irrémédiable pour rester dans la course.  Le multi-canal cèdera la place au cross-canal.

La transformation digitale qui se profite va aussi reconfigurer profondément l’offre produit. Face à des besoins qui ne cessent d’évoluer, les produits d’assurance classiques laisseront la place aux services sur-mesure, favorisés par l’exploitation des données de masse (Big Data) et l’analyse prédictive (Analytics). L’ensemble de la chaine de valeurs est donc directement concerné.

Dans ce contexte d’ébullition, les assureurs n’ont d’autres choix que d’augmenter la cadence. La transition digitale ne sera pas forcément facile.

Pour faire le point sur cette  révolution digitale, la deuxième édition du Rendez-vous de Casablanca placera le débat sous le thème : « Assurance et Réassurance en Afrique : Distribution et relation client à l’ère du digital ».

 

Partenaires Médias :